Les rites de passage

Publié par Cindy le

C’est la troisième année que je participe aux enseignements d’Aigle Bleu dans la formation « Créons le monde ». Ce mois d’août 2016, j’ai eu l’occasion d’expérimenter certaines traditions amérindiennes lors de la semaine des rites à la Viricuta à Val David (Québec).

Tout comme les équinoxes et les solstices rythment les saisons, les rites de passage rythment la vie de l’être humain.

Les rites signalent le passage à une nouvelle étape ( conception, naissance, nom du bébé, passage de l’enfant à l’adulte, adoption, mariage, nouveau nom, ainés spirituels, décès, deuil). C’est un moment important d’évolution pour la personne.

Aujourd’hui, cette tradition disparait et les gens sont de plus en plus perdus. Rares sont les personnes qui savent qui elles sont vraiment et qu’elle est leur mission de vie. Personnellement, c’est ma mission de montrer la voie, d’aider les personnes à mieux se connaitre pour accomplir leur mission de vie. Cela me semblait essentiel de vivre les rites que je n’avais pas vécu.

Pourquoi vous parlez des rites sur le blog écologie ?

Les rites de passage nous permettent de vivre au rythme de la nature, de renforcer notre compréhension et notre lien avec elle. Ils nous permettent de nous émerveiller devant le mystère de la vie. Les rites participent également à la guérison de la Terre.

Quête de vision et loge de lune

Le premier rite que j’ai pu expérimenter est la loge de lune (version féminine de la quête de vision).

Autrefois dans les nations amérindiennes, les jeunes garçons partaient 4 jours seuls en pleine nature face à eux-même et aux éléments. Cela permettait de passer de l’enfant à l’adulte. Il n’y avait pas de crise d’adolescence. Après 4 jours seul sans dormir, sans manger et sans boire, le jeune homme avait appris à se maîtriser et à dépasser ses peurs. C’était également l’occasion de recevoir des messages au sujet de sa mission sur Terre.

Les jeunes filles n’avaient pas besoin de faire ce rite. Elles devenaient femmes lors de leurs premières lunes (menstruations).

Pourquoi ai-je choisi de faire ce rite généralement réservé aux hommes ?

Dans la société actuelle, nous avons perdu le contact avec la nature. Nous ne sommes plus capables de la comprendre, de communiquer avec elle. Pourtant, la nature est une grande source de joie et nous apporte de nombreux messages. Cela fait plusieurs années que j’ai une vision assez claire de ma mission mais en vivant en ville j’ai perdu le contact avec la nature et les éléments. Et même si je prends quotidiennement du temps pour moi en nature, il m’a semblé essentiel pour l’année de mes 40 ans d’être 3 jours et 3 nuits seule avec moi-même à faire le point sur ma vie, qui je suis, comment contribuer à plus grand…

Voici le lieu que j’ai choisi pour mes 3 jours dans la nature :

22.08 (9)C’était une belle expérience, beaucoup plus paisible que ce que je pensais. Au final, très peu de peurs, des petits défis (surtout les moustiques), rien de bien extra-ordinaire pendant la quête mais l’évolution, dans les semaines qui ont suivi, a été incroyable.

Cela ne se fait pas de partager ce qui s’est passé pendant la quête sauf au chamane qui accompagne. C’est pourquoi je ne partage ici qu’une toute petite partie de ce que j’ai vécu.

Le premier jour, c’était extrêmement difficile pour moi de rester à rien faire. Je me suis rendue compte qu’après plusieurs années de travail, mon conditionnement « il faut faire » est encore bien présent.

Ce genre d’expérience change aussi toutes vos croyances et vos perceptions à propos du temps.

L’esprit du couguar et la notion de leadership ont également été très présents pour moi. Vous verrez bientôt des transformations à ce sujet sur le site Nomadity.

Je suis revenue de ces 3 jours avec une paix profonde. Tout le monde me connait pour mon calme et ma sérénité mais cette expérience m’a permis d’aller encore plus loin. J’ai aujourd’hui une paix intérieure qui est inébranlable.

C’est seulement en rentrant à la maison que j’ai compris l’importance de ce temps en nature. Ma créativité est incroyable. Je n’ai jamais eu autant d’idées au niveau professionnel. J’ai toujours beaucoup d’idées mais cette fois, elles sont d’une telle justesse par rapport à qui je suis et le message que je veux transmettre que je suis impatiente de les concrétiser.

Les cérémonies

Le dimanche, nous avons vécu plusieurs cérémonies.

En vue de la cérémonie de reconnaissance de la nature sacrée de la femme, j’ai crée un châle qui reprend les choses importantes pour moi. Habituellement, je n’aime pas coudre mais j’ai eu énormément de plaisir à coudre les perles sur mon châle. C’était mon moment de méditation.

28.08 (46)

Cérémonie de reconnaissance de la nature sacrée de la femme

Dans les premières nations lorsque la jeune fille avait ses premières lunes (menstruations), c’était le temps de faire une belle fête pour souligner sa capacité à donner la vie. Les menstruations n’étaient pas vues comme quelque chose de difficile ou négatif comme c’est souvent le cas dans nos sociétés.

La jeune-femme était considérée comme une déesse. Elle était préparée par les grands-mères, elle apprenait ce qu’est être une femme. On lui préparait une telle fête qu’elle comprenait l’importance de son rôle sacré au sein de la communauté. Cela donnait à la jeune-femme une haute estime d’elle-même qui lui permettait de toujours se faire respecter.

28.08 (43) 28.08 (42)

Cérémonie de mariage

C’est avec beaucoup d’émotions que Xavier et moi avons participé à la cérémonie de mariage. L’ironie c’est que nous sommes déjà mariés et cela a bien fait rire l’assemblée lorsque Xavier à répondu « Je viens épouser ma femme » à la question « Que viens-tu faire ici ? »

Rituel de la couverture pour demander la bénédiction du Grand Esprit.

Il est très difficile de décrire cette cérémonie. J’étais encore dans mon petit monde personnel suite à mes 3 jours en forêt mais l’émotion est vraiment montée, plus que pendant notre premier mariage. Lorsque nous nous sommes mariés en 2013, j’aurais aimé qu’Aigle Bleu soit notre célébrant mais c’était important pour nous que le mariage soit officiel. J’ai donc choisi le Révérend Michel Boulanger qui a fait ça merveilleusement bien en incluant du spirituel dans la cérémonie. C’était magnifique mais j’avais gardé le contrôle sur la cérémonie et il n’y avait pas beaucoup de surprises.  Ici, bien qu’Aigle Bleu nous avait enseigné les grandes étapes de la cérémonie, je ne savais pas trop à quoi m’attendre et je n’avais rien préparé. Je me suis juste laissée portée. J’étais aussi super contente d’avoir pour témoins des personnes que je considère aujourd’hui comme de la famille, Jocelyne et Laurence

28.08 (6)

Cérémonie d’aîné spirituel

Dans la tradition Cherokee,  il faut avoir un minimum de 51 ans pour faire cette cérémonie. J’ai trouvé très émouvant d’y assister. C’est un moment important pour la personne qui arrive à un stade de sa vie où elle veut transmettre son expérience et sa sagesse. J’ai remarqué que cela apportait beaucoup de confiance aux personnes qui la vivaient, compétence importante lorsque l’on veut enseigner.

Cérémonie après la mort pour le deuil des vivants

Cette cérémonie n’a pas été faite pendant la semaine des rites. Mais nous avons eu l’occasion de la pratiquer Xavier et moi, suite au décès de notre petit garçon et cela nous a vraiment beaucoup aidé.

Dans notre monde actuel où beaucoup de personnes sont en quête de sens, le retour aux rites de passages permet de mieux se connaitre, de se relier à la nature et de créer des liens avec les personnes qui nous sont proches.

Pour aller plus loin :

Livre « Le sentier de la beauté. Sur les pas de la sagesse amérindienne » d’Aigle Bleu

sentier-de-la-beaute

Si vous souhaitez vivre la quête et/ou les cérémonies, la prochaine semaine des rites sera organisée du 21 au 27 août 2017 en France.

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge